L’alopécie non androgénétique 

L’alopécie non androgénétique est due à des causes non hormonales. Généralement temporaire et réversible, la chute est plus impressionnante que grave.





Pour pallier cette alopécie soudaine, mieux vaut en comprendre l’origine. C’est en évitant les effets néfastes de la croissance du cheveu que les résultats sont les plus visibles.


Divers facteurs peuvent déclencher la perte des cheveux :

  • La maladie et la fièvre, lorsque le système immunitaire est affaibli, les cheveux en font les frais

  • Une maladie du cuir chevelu (pellicules, psoriasis, eczéma, séborrhée) peut étouffer le cheveux et empêcher sa pousse.

  • Une chute post partum (suite d’accouchement) : souvent, une carence de vitamines, fatigue extrême et bouleversement hormonal est ressentie, pouvant provoquer une alopécie.

  • Le surmenage, le stress, la dépression, un choc émotionnel  renforcent l’influence nocive des androgènes, néfastes à la croissance du cheveu.

  • La prise de médicaments : certains traitements ont des effets indésirables contribuant à  la chute de cheveu. 

  • Une mauvaise alimentation : un excès d’aliments gras et sucrés ainsi que des carences en vitamines B, fer, zinc, protéines et magnésium peuvent être à l’origine de la chute de cheveux.

  • La chute par traction : le port d’extensions de longue durée peut provoquer une chute de cheveu. Le poids des extensions tire le cheveu et le sollicite à casser voir à tomber.

  • La pollution et le tabac sont très néfastes pour la beauté et la santé de votre peau et de vos cheveux.

  • Une intervention chirurgicale ou une anesthésie générale : plus l’intervention et l’anesthésie sont lourdes et plus il y a de risques de chute de cheveux temporaire.